L’imagerie par résonance magnétique (IRM) permet d’obtenir des vues en deux ou trois dimensions de l’intérieur du corps afin de déterminer la position exacte de lésions autrement invisibles. Dr Sport vous en dit plus sur cet examen très courant.

L’IRM : un examen indolore et sans risque

Le fonctionnement de l’IRM repose sur un gros aimant qui fait vibrer les protons contenus dans les noyaux d’hydrogène présents dans notre corps – sachant que le corps humain est composé en moyenne de 65 % d’eau et que chaque molécule d’eau se compose de deux atomes d’hydrogène pour un atome d’oxygène, les atomes d’hydrogènes sont omniprésents. C’est de cette réaction que l’on tire une image. La technique fait ainsi appel aux propriétés des champs magnétiques et n’expose donc pas le patient aux rayons X. En outre, bien que l’équipement soit bruyant, l’IRM n’est pas un examen douloureux. Un produit de contraste, généralement bien toléré, peut être injecté pour améliorer la netteté de l’image obtenue lors de l’examen ou identifier des zones spécifiques du corps.

Un outil diagnostique incontournable

Au contraire des radiographies standards, de l’échographie et du scanner, l’IRM permet de visualiser avec une grande précision des tissus variés tels que les muscles, le cœur, le cerveau, la moelle épinière, les tendons ou encore les viscères. Il est ainsi possible de déterminer la position exacte de lésions autrement invisibles et de suivre leur évolution.

Dans quels cas se pratique une IRM ?

L’IRM est un examen qui permet de visualiser de nombreux tissus : il peut donc être pratiqué pour de nombreuses raisons médicales car il est polyvalent. Néanmoins, l’IRM est très utilisée pour les examens du crâne. L’IRM cérébrale permet de visualiser les structures nerveuses intracrâniennes (cerveau, cervelet, méninges, vaisseaux sanguins. De même, l’IRM médullaire permet de visualiser la moelle épinière. Une IRM peut également être indiquée pour des examens au niveau du cœur. On parle alors d’IRM cardiaque (mais elle est très complexe à réaliser) et également pour préciser des lésions musculo-tendineuses ou discales.

Les IRM, plus chères et nécessitant une infrastructure adaptée, sont généralement prescrites lorsque les autres examens n’ont pas fourni les réponses cherchées ou lorsqu’aucune autre solution n’est disponible.

resultat-examen-medical-IRM-imagerie-par-resonance-magnetique

Comment se passe une IRM ?

Selon l’organe à étudier, une IRM dure entre 30 et 90 minutes. Dans la salle d’examen, le patient, muni de bouchons d’oreille (s’il le souhaite), est allongé sur une table amovible. Une antenne est disposée sur la zone à examiner, puis la table glisse doucement dans le tunnel de l’appareil. Afin d’apaiser l’éventuelle sensation de claustrophobie, un manipulateur radio demeure constamment en contact à l’aide d’un micro placé à l’intérieur de l’appareil.

Précautions particulières en cas d’examen par résonance magnétique

Le patient doit s’être préalablement dépouillé de tout objet métallique (montre, bracelet, collier…). Le cas échéant, il doit aussi signaler le port d’une valve cardiaque, d’un pacemaker, d’une prothèse, d’un implant… Tous ces éléments sont susceptibles de perturber le déroulement de l’examen. Il n’est pas nécessaire d’être à jeun – sauf en cas d’observation de l’abdomen. L’IRM n’est pas contre-indiquée en cas de grossesse.

Des résultats immédiats pour le patient

Dans la plupart des cas, un premier commentaire est donné juste après l’examen par le radiologue. Celui-ci analyse et interprète les images puis établit un compte rendu écrit remis au patient le jour même.

Recevez nos derniers articles Santé/Sport!

Merci d'avoir souscrit à notre Newsletter.

Share This