Vous avez essayé tous les régimes, en vain ? Vous êtes découragés ? Vous vous demandez comment mincir sans se priver et maintenir son corps en bonne santé ? Comment retrouver une silhouette harmonieuse en perdant ses excès de graisse ou d’eau là où il faut et sans carence ?
Comment rééquilibrer votre organisme ayant souffert de vos régimes excessifs ? Comment optimiser votre alimentation ? Avez-vous testés la chrononutrition ?

Optez pour la chrononutrition. Elle est la solution ! Plus que pour affiner sa silhouette ou perdre du poids, la chrononutrition a des vertus médicales. Elle permet de corriger un taux élevé de cholestérols et/ou de triglycérides. Elle aide les personnes atteintes de diabète de type 2 et prévient l’ostéoporose.

La chrononutrition, c’est quoi ?

Mais il existe des bases à ne pas négliger pour bien vivre et bien vieillir.

Quels aliments, quand ? La journée type :

La chrononutrition impose de prendre 4 repas par jour. Le petit-déjeuner doit être gras et copieux, le déjeuner dense, le goûter sucré et le dîner léger, voire inexistant pour les personnes n’ayant pas faim. La chrononutrition reprend l’adage qui dit : « petit-déjeuner comme un roi, déjeuner comme un prince, dîner comme un pauvre. »

De nos jours, malheureusement, l’industrie considère les produits vendus de manière macro-alimentaire et non « micro ». L’apport en lipides, protides et glucides est important. Il ne faut pas négliger l’aspect micro-nutritionnel comme les minéraux, les vitamines, les oligo-éléments, les acides gras, les probiotiques. Amener une source d’aliments de qualité au bon moment de la journée équivaut à apporter de l’énergie saine. Ce qui va permettre une meilleure oxygénation des cellules ou un retardement de leur vieillissement.

Quand on dit qu’il faut manger gras le matin, il n’est évidemment pas question de s’offrir une assiette de frites. Cette dernière est riche en calories mais pauvre en vitamines et minéraux. Elles apportent donc uniquement des calories vides.chrononution 4 repas par jour et des proteines

Le petit-déjeuner chrononutrition : gras et salé

Il doit être gras et salé. Les meilleurs carburants pour débuter la journée seront les féculents mais des glucides complexes à indice glycémique faible pour une diffusion lente dans le sang.

L’indice glycémique, qu’est-ce que c’est ?

L’indice glycémique est un critère qui permet de classer les glucides (sucres) en fonction de leurs capacités à élever la glycémie. Cette dernière correspond au taux de sucre dans le sang.
Les glucides qui vont fortement faire grimper la glycémie vont avoir un IG élevé.

A l’inverse, les glucides qui vont peu influencer la glycémie vont avoir un IG bas.
Si l’on consomme régulièrement et en quantité importante des aliments qui font monter en flèche la glycémie. La conséquence après chaque repas il s’en suivra une forte sécrétion d’insuline.

C’est un cercle vicieux car le corps va réclamer toujours plus de sucres, et donc fonctionner majoritairement sur la filière glycogénique par facilité.
D’une part, cela va fatiguer le pancréas, pouvant à terme entraîner des problèmes de diabète ou pathologies diverses. D’autre part, ces pics d’insuline vont favoriser le stockage des graisses, la prise de poids, et des fluctuations au niveau de l’énergie.

Quels glucides privilégier le matin ?

  • Les légumineuses (lentilles, pois-chiches, fèves, haricots),
  • les tubercules (patate douce, topinambour, panais),
  • les Courges (potimarron, butternut, citrouille),
  • les céréales complètes ou semi-complètes et assimilés (riz complet, riz basmati, riz sauvage, quinoa, sarrasin, millet, flocons d’avoine, pâtes complètes),
  • le pain complet (au levain, intégral, multicéréales, aux graines…).
  • Ajoutez à ces féculents du fromage en quantité limitée (les autres produits laitiers seront trop difficiles à digérer) ou des œufs, du beurre ou de l’huile d’olive.

Ces glucides complexes et ces graisses saturées assurent un apport d’énergie permettant d’être efficace, sans coup de pompe en fin de matinée. Côté boisson, un thé, café ou infusion sans sucre pourra accompagner votre premier repas de la journée.

Le conseil en + DrSport : il n’y a qu’en France qu’on « petit-déjeune » sucré. Les autres pays optent plutôt pour du salé.
Pourquoi ? Car ce n’est pas votre palais qui a décidé de manger sucré mais l’industrie alimentaire qui transforme et rajoute du sucre pour créer une addiction. Donc, un conseil : préparez-vous la veille, un petit plat copieux pour le matin. Pourquoi pas des restes du dîner ? Vous vous régalerez…

Le déjeuner chrononutrition: protéines et féculents

Vous avez compris quels aliments privilégier. Mais attention, une assiette de riz blanc simple n’aura pas le même impact qu’une assiette de riz composée de légumes, d’une source de protéine et de graisses de qualité.

Laissez 4 heures entre le petit-déjeuner et le déjeuner. Celui-ci doit comprendre entre 200 et 300 grammes de viande ou de poisson ou des œufs, accompagnés d’un petit bol de féculents avec un peu de beurre ou 50 grammes de pain.

Pas d’entrée et pas de dessert. On mise sur les protéines car à cette heure-là, le corps produit des protéases et des amylases, destinées à mettre en place les protéines cellulaires et à stocker les réserves protéiniques.
Et on privilégie les légumes pauvres en calories mais riches en fibres (exemples : asperges, brocolis, carottes, tomates, choux, navets, artichauts, salsifis, poireaux, fenouil, céleri, épinards).

Le goûter : le moment du sucré

On laisse encore passer 4 heures avant de remettre son estomac au travail. Bonne nouvelle pour les frustrés du sucré, c’est le moment de vous jeter sur un goûter sucré. C’est l’heure du pic d’insuline donc il faut redonner de l’énergie à l’organisme.

Les conseils en + DrSport : craquez pour un produit sucré non transformé comme un fruit ou un gâteau mais… fait maison. Ajouter de la cannelle et des graines de chia à vos préparations sucrées (dessert, fruit, compote…) pour un effet « hypoglycémiant ».
A noter, un fruit cru dispose d’un indice glycémique plus bas qu’un fruit mixé ou qu’un jus de fruit.
Et avant de vous jeter sur le sucre, grignotez une poignée d’amandes ou autres oléagineux, qui permettra une meilleure assimilation du sucre et de ne pas être affamé en soirée.

Le dîner : léger ou… zappé !

L’organisme ne sécrète presque plus d’enzymes à l’heure du dîner. C’est donc à ce moment-là qu’il se met à stocker. Par conséquent, on allège le repas. On peut même le passer.
Un exemple de menu : un poisson maigre cuit à la vapeur ou des fruits de mer, accompagnés d’un petit bol de légumes. Pas de sucres, ni rapides, ni lents. Pourquoi ? Pour éviter de relancer le pan-créas durant la nuit et stocker du sucre.

En conclusion, si vous optez pour une bonne qualité d’aliments et au bon moment, vous constaterez une amélioration de votre état général. Ce qui passera notamment avec un organisme et un système immunitaire en meilleur santé. Egalement, cela contribuera à :

  • une augmentation de la vitalité et une réduction de la fatigue,
  • une amélioration de la digestion et de l’assimilation,
  • une atteinte et conservation d’un poids de forme,
  • un équilibre du PH du corps,
  • une optimisation des performances sportives.

Vous l’aurez compris la chrononutrition comportent de multiples  bénéfices.

Recevez nos derniers articles Santé/Sport!

Merci d'avoir souscrit à notre Newsletter.

Share This