Le plâtre, l’attelle, comment ces moyens d’immobilisations médicaux sont-elles nées ? Quelle sont leur utilité ? Quelles sont leurs différences ? Dr Sport vous dit tout !

Le plâtre, le moyen d’immobilisation le plus connu en cas d’entorse

Le plâtre est une pâte à base d’un minéral naturel, le gypse, qui durcit rapidement et permet ainsi d’immobiliser un membre. Mais le plâtre est de moins en moins utilisé au profit de la résine ou bande polymérisable qui est plus légère et plus hygiénique. La résine sèche en quelques minutes alors que le plâtre entre 24 et 48 heures.
Ce type d’immobilisation est utilisé : 9 fois sur 10 lors de fractures car l’immobilisation facilite la consolidation de l’os. Il ne subit aucun mouvement il peut donc se ressouder.

Combien de temps peut-on être plâtré ?

Ce temps dépend du délai moyen de consolidation des os touchés. Par exemple, l’humérus (un os du bras) peut être plâtré jusqu’à 45 jours, ou encore 1 à 3 mois pour une jambe cassée, 6 semaines à 3 mois pour un poignet (scaphoïde).
Le délai dépend aussi de l’âge du patient. Plus on vieillit, plus les os sont vulnérables et le ressoudage prend du temps. La guérison est plus rapide à 20 ans qu’à 30 ans.

l'attelle, l'alternative au plâtre pour immobiliser une cheville, un genou, un coude lors d'une entorse.

L’attelle, quelle est la différence avec le plâtre ?

L’attelle est un appareil rigide, parfois gonflable (qui s’adapte à la morphologie de la personne). Elle permet aussi une immobilisation moins stricte que le plâtre.
Mais elle est plus confortable que ce dernier car on peut l’enlever la nuit ou lors de la douche.

Faut-il plâtrer à tous les coups ?

Non, un plâtre n’est pas obligatoire sauf si le médecin souhaite une immobilisation totale.
Pour une entorse de cheville avec arrachement ligamentaire, par exemple, l’articulation perd de sa stabilité.

Le plâtre permettra aux berges ligamentaires de se recoller et le patient pourra reposer le pied à terre même si cela n’est pas recommandé.  Ne pas respecter l’immobilisation totale ne permettra pas la cicatrisation.
Le bémol c’est qu’il ne faut pas le mouiller car il y a un risque de macération et le plâtre est lourd.

L’alternative, est donc soit l’attelle soit un appareil en résine. Elle aura les mêmes fonctions que le plâtre et sera utile pour limiter les mouvements et reposer les articulations arthrosiques ou pour corriger un mouvement douloureux.
Une fracture de la clavicule, par exemple, ne nécessitera pas de plâtre mais l’immobilisation grâce à des anneaux claviculaires. L’attelle de Stack en plastique dur permet de maintenir deux phalanges ensemble. Les sportifs (handballeurs, basketteurs, volleyeurs) s’en servent très souvent.

5 conseils en cas d’immobilisation :

Que vous soyez plâtré ou immobilisé temporairement grâce à une attelle, il faut respecter ces conseils :

  • Surélever votre membre immobilisé;
  • Appliquer régulièrement de la glace sur le plâtre ou l’attelle. Surtout au début pour faire diminuer l’œdème. Ne surtout pas le mouiller car il y a un risque de macération;
  • Ne pas conduire un véhicule ou un deux-roues avec un plâtre ! C’est strictement interdit. En cas d’accident, votre responsabilité serait engagée sans couverture de votre assurance;
  • Pratiquer une activité physique. Avoir un membre immobilisé peut entraîner une perte de force ou de souplesse d’articulations et de muscles. Pour éviter un raidissement, il est conseillé de bouger et de contracter les muscles sous le plâtre ou l’attelle;
  • En cas de démangeaisons hydrater le soir . Mais sous le plâtre, il est déconseillé d’insérer un ustensile qui pourrait se casser, créer une plaie et s’infecter entre la peau et le plâtre.

Les risques de complications liés à la pause d’un plâtre

Il existe un risque de frottement, de compression nerveuse ou circulatoire voir de phlébite.
Il faut donc reconsulter d’urgence en cas de :

  • douleurs persistantes sous plâtre,
  • gonflement des extrémités,
  • difficultés à mobilier les doigts ou les orteils.

Pour toutes douleurs ou blessures après votre activité sportive, pensez à faire votre autodiagnostic DrSport : https://app.drsport.fr/drsport-diagnostic-reprise-sport

Recevez nos derniers articles Santé/Sport!

Merci d'avoir souscrit à notre Newsletter.

Share This