Ne le niez pas, vous l’avez subi comme tout le monde : le point de côté, cette douleur qui frappe souvent à un moment inopportun, lors d’une course notamment. Mais il reste un mystère pour la plupart des gens car, bénin, il s’en va rapidement sans conséquences.

Le point de côté est… une crampe du diaphragme

Si le point de côté est bénin, c’est qu’il s’agit tout simplement d’une crampe, comme celles qui peuvent toucher tous les autres muscles du corps. Sauf que, sur le moment, on ne comprend pas que c’est une crampe. En effet le muscle touché, le diaphragme, est mal connu (et, surtout, on n’y pense pas). Pour rappel, le diaphragme est un ensemble de muscles qui joue un rôle fondamental dans la respiration.
Mais le point de côté n’est rien de plus que ça : une crampe du diaphragme.

Une origine encore méconnue

La médecine n’a pas tranché précisément l’origine du point de côté. La crampe du diaphragme est une des thèses principales bien qu’on suppose que cette douleur puisse également être liée à une traction. Celle que réalisent les organes abdominaux sur le diaphragme lors de l’effort.
D’autres hypothèses existent : pression des gaz présents dans le tube digestif, douleur à la rate liée à une surcharge sanguine… Il est possible également que les causes soient multiples. Les symptômes soient fortement similaires et qu’ils soient tous englobés par cette expression populaire « point de côté ».

Le point de côté en pleine course

Comment faire passer un point de côté ?

Si son origine n’est pas clairement établie, ce qui intéresse les sportifs ce sont surtout les techniques pour les prévenir et les faire disparaître rapidement.
Côté prévention, puisque le point de côté est une crampe, la solution est simple : s’échauffer et commencer son activité doucement. Bien évidemment, ce n’est pas une solution miracle et cette crampe du diaphragme peut toujours survenir, mais les risques sont réduits.
Pour le faire disparaître, aucune technique totalement efficace n’existe. La plus courante et la plus commune est celle de la respiration. Inspirez profondément par le nez et expirez fortement par la bouche, comme pour éteindre une bougie. Répétez jusqu’à ce que la douleur disparaisse.
Vous pouvez également vous pencher en avant et appuyer au niveau de la douleur avec votre main tout en respirant. D’une manière générale, au bout de quelques minutes la douleur s’estompe et s’en va progressivement. Vous pourrez alors reprendre votre effort sans inquiétude.

Si vous continuez d’avoir mal après l’effort, que la douleur ne cesse d’augmenter ou qu’elle est régulière à chaque séance, consultez le médecin. Ce qui peut sembler être un point de côté pourrait être le symptôme d’autres affections.

Recevez nos derniers articles Santé/Sport!

Merci d'avoir souscrit à notre Newsletter.

Share This