La chaleur et le froid aident tous deux à atténuer une douleur musculaire ou articulaire. Encore faut-il savoir bien les utiliser. Poche de glace ou bouillotte ? Dr Sport vous donne la réponse.

Le froid en cas d’inflammation aiguë

Vous ressentez de la chaleur ou de la douleur, votre blessure est rouge ou enflée et vous avez une perte de mobilité ? Vous êtes en présence de signes d’inflammation. Le froid est votre premier allié antidouleur. Il est utile dans les déchirures, les élongations, les contusions ou encore les poussées d’arthrose. Comment ? En entraînant une baisse de la production par le corps de molécules inflammatoires et en ralentissant la vitesse de conduction des fibres nerveuses, ce qui procure un effet anesthésiant.

Le froid, mode d’emploi

Il existe des poches de froid réutilisables après passage au congélateur ou pas, vous pouvez également utiliser des bombes à effet froid, un chiffon entouré autour de glaçons ou même un sachet de petits pois congelés. Appliquez le froid pendant 20 minutes plusieurs fois par jour au moins 48 heures après la blessure afin d’éviter l’inflammation excessive. Concernant l’application d’une bombe de froid cela doit être effectué par à-coup et à plus de 20 cm de la lésion au risque de se brûler la peau, il faut s’arrêter dès que la peau blanchi (dès que cela devient blanc la peau gèle).
Attendez au moins une heure, après avoir mis du froid sur une blessure sportive, avant de reprendre l’activité : la région traitée vous rend insensible à la douleur ; reprendre trop vite présente le risque d’aggraver votre situation. Le froid lorsqu’il s’applique à l’aide d’une poche de glace DrSport vous conseille d’utiliser un linge humide pour ne pas brûler la peau il en est de même pour les petits poids congelés ou les glaçons. Attention, les bombes de froid ne doivent pas être utilisées au niveau du visage ou des muqueuses.

quand-et-comment-appliquer-du-chaud-ou-du-froid

La cryothérapie ou froid extrême

À l’opposé du froid, la chaleur exerce un effet décontractant qui induit le relâchement des muscles et favorise l’élasticité des tissus. Cet effet est lié à la dilatation des vaisseaux, qui améliore la circulation sanguine. Optez donc pour la chaleur en cas de contractures musculaires, de crampes, de courbatures ou de spasmes.

Le chaud, mode d’emploi

Compresse, bouillotte, sac magique, coussinet chauffant voir un sèche-cheveux au niveau de la nuque… : les moyens d’appliquer du chaud ne manquent pas. Vous pouvez aussi compléter ce moment relaxant par un bain chaud ou encore des massages. Veillez à employer la chaleur par périodes de 20 à 30 minutes maximum ou vous risquez de vous brûler.

Soyez prudent

En cas de doute sur la nature de la douleur, si celle-ci est insupportable ou si vous ne pouvez pas mettre de poids sur la zone blessée, n’hésitez pas à consulter votre médecin.
Soyez aussi attentif aux contre-indications. L’application de chaleur est ainsi déconseillée en cas d’insuffisance veineuse ou d’affections cutanées.

Recevez nos derniers articles Santé/Sport!

Merci d'avoir souscrit à notre Newsletter.

Share This