Les boissons pour sportifs sont devenues une habitude lors de la pratique d’une activité physique : sucrées, elles apportent de l’énergie, des minéraux, réhydratent… Leurs effets bénéfiques ne sont plus à prouver. Mais selon des chercheurs américains, les bananes feraient encore mieux, tout particulièrement au niveau anti-inflammatoire.

 

L’étude menée par l’équipe du professeur David Nieman, du laboratoire de Performance Humaine de l’Appalachian State University en Caroline du Nord (États-Unis) a été publiée sur la revue Plos One le 22 mars 2018. Elle a permis de découvrir que les bananes ont un effet bénéfique supérieur à celui des boissons énergétiques lors de l’effort.

Une course à vélo de 75 kilomètres en laboratoire

Lors de cette étude, les chercheurs ont demandé à 20 cyclistes professionnels de réaliser, à plusieurs reprises, un parcours de 75 kilomètres simulé en laboratoire. Lors de ces courses, les athlètes consommaient soit de l’eau, soit des boissons énergétiques, soit des bananes.

Des prélèvements sanguins ont été réalisés avant l’effort, immédiatement après et durant les 45 heures qui suivaient (période de récupération). Les chercheurs ont alors isolé les marqueurs d’inflammation ainsi que diverses molécules liées au métabolisme du corps après un effort, appelées métabolites.

Une efficacité prouvée contre les inflammations

En comparant les échantillons sanguins lorsque les athlètes n’ont consommé que de l’eau et lorsqu’ils ont consommé des bananes ou des boissons énergétiques, les chercheurs ont une nouvelle fois prouvé qu’il y a bien un effet sur l’inflammation du corps.

Les métabolites relevés lors de la consommation de bananes ou de boissons énergétiques montraient que le corps avait une réaction moins « stressée » qu’en cas de consommation d’eau.

Cela confirme ce que l’on sait depuis plusieurs années déjà : les glucides (donc le sucre) facilitent l’effort et aident le corps.

La banane réduit la production d’enzyme COX-2

La différence constatée par les chercheurs entre l’effet bénéfique des boissons énergétiques et celui des bananes se trouve au niveau de la production d’enzyme COX-2 (« Cyclo-oxygénase »). Cette enzyme augmente la production de prostaglandines, des métabolites qui ont pour effet d’augmenter l’inflammation.
Les bananes auraient la capacité de réduire la production du précurseur génétique de la COX-2 dans les cellules, ce qui aurait pour effet de réduire la production de COX-2 et donc de prostaglandines. Résultat : les inflammations musculaires liées à l’effort devraient être réduites.

 

Le même effet qu’un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS)

David Nieman et ses équipes devront réaliser de nouvelles études pour confirmer ces résultats et, surtout, comprendre comment la banane peut avoir le même effet qu’un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS). En effet, l’aspirine ou encore l’ibuprofène conduisent à une inhibition de la COX-2.
Reste que les chercheurs ont déjà identifié un effet secondaire indésirable de la consommation de bananes par rapport aux boissons énergétiques : au rythme d’une demi-banane toutes les 30 minutes, pour un apport en glucides équivalent à celui des boissons énergétiques, plusieurs athlètes se seraient plaints de ballonnements.

 

Recevez nos derniers articles Santé/Sport!

Merci d'avoir souscrit à notre Newsletter.

Share This