En 2017, la grippe a fait 14 400 victimes – autant que la canicule de 2003. Cette infection n’est pas à prendre à la légère, surtout pas pour les sportifs ! Ostéopathe et kiné en charge de l’équipe de France de sauvetage sportif, Gauthier Philaire nous livre ses conseils pour se remettre d’aplomb et repartir du bon pied.


Attention, il y a grippe et état grippal. Dans les deux cas, les symptômes sont les mêmes mais leur intensité varie. Si vous êtes fatigué, courbaturé, vaseux, fiévreux, que vos voies respiratoires sont irritées, c’est que la (vraie) grippe est passée par-là. Inutile, dès lors, de prétendre au moindre mouvement. Vous resterez cloué au lit ! Car au-dessus de 39° de fièvre, il est difficile de mettre un pied devant l’autre. Dans ce cas, le corps s’adonne à un autre sport ; il produit des substances toxiques destinées à détruire l’agresseur : le virus ! Quel remède, alors, quand il faut reprendre le sport après une semaine passée sous la couette ?

1 . Une séance chez l’ostéo

« Lorsque l’on est en inactivité plus ou moins prolongée, la fatigue et la tension s’accumulent dans les articulations et les muscles. Avec le virus, la circulation sanguine ne se fait plus correctement. Je conseillerais à un sportif de consulter un ostéopathe avant de reprendre l’entraînement, de manière à réaliser un travail lymphatique et drainant », préconise Gauthier Philaire, lui-même ostéopathe et kinésithérapeute de l’équipe de France de sauvetage sportif, dans les Landes. « Je recommande aussi de travailler sur la rate car elle joue un rôle important dans le système immunitaire. Elle est déterminante pour les défenses de l’organisme, contre les microbes et pour l’épuration du sang ».

2 . Du repos et un footing de décrassage

Autre conseil, de pur bon sens : « Bien récupérer car quand on dort bien, on a une meilleure capacité de régénération cellulaire». Le repos est souvent assimilé à une perte de temps, pour le sportif, alors que d’un point de vue physiologique, c’est un vrai investissement. « Quand on reprend après une grippe, il faut prévoir une séance courte pour voir où en sont les sensations et comment réagit le corps dans sa phase de récupération. Un footing de décrassage pour enlever les toxines est le meilleur moyen de reprendre une activité sportive, quelle qu’elle soit », encourage Gauthier Philaire.

Car attention : après une activité physique intense, le corps combat moins bien les virus et cette immunodépression peut se prolonger 72 heures après le stress généré par le retour à une activité physique. Dans ce cas, comment accélérer le processus de guérison ?

3 . Une alimentation adaptée

Gauthier Philaire n’est pas « contre » le principe d’un soutien médicamenteux. « Je ne suis pas médecin, j’essaie juste de comprendre comment réagit le corps ; personnellement, je déconseille les anti-inflammatoires dans ce cas de figure car ils détruisent la paroi de l’estomac ». L’ostéopathe conseille « une alimentation riche et variée » et, pourquoi pas, « un coup de pouce homéopathique pour se requinquer ».

L’alimentation, on le sait, reste un rempart efficace face aux agressions. En période de faiblesses physiques, il est important de ne pas présenter de déficit en acides aminés. Présents dans les protéines, ces nutriments sont impliqués dans la défense de notre organisme, notamment face aux virus. Les œufs sont d’excellents pourvoyeurs d’acides aminés. Les fruits de mer et le pain complet sont aussi riches en zinc et le miel a démontré ses vertus antimicrobiennes. Autant d’aliments salutaires, quand l’épidémie a frappé.

LE CHIFFRE

410 pour 100 000 habitants : c’est le taux de consultations pour un état grippal, en 2017.

Recevez nos derniers articles Santé/Sport!

Merci d'avoir souscrit à notre Newsletter.

Share This