Une chute à vélo ou lors d’un footing, une éraflure sur la planche à voile ou, tout simplement, un moment d’inattention un couteau à la main et voilà qu’on est blessé. Premier réflexe ou presque : mettre de l’antiseptique sur la plaie. Mais c’est quoi, exactement, que ce produit ? Dr Sport vous dit tout.

Ne pas confondre antiseptique et désinfectant

Leur fonction est globalement la même : détruire les germes. Pourtant, les antiseptiques et les désinfectants ne s’utilisent pas de la même manière. Les antiseptiques sont adaptés aux tissus organiques et aux plaies ouvertes, les désinfectants s’utilisent sur des matières inertes (comme le sol ou les meubles). Si on peut éventuellement utiliser les premiers à la place des seconds, l’inverse est à proscrire.

Qu’est-ce qu’un antiseptique ?

L’antiseptique est le produit qui permet l’antisepsie, soit l’opération visant à éliminer les micro-organismes au niveau des tissus vivants. L’antisepsie est née au XVIIIe siècle, les premiers travaux dans ce domaine étant ceux de Sir John Pringle, médecin écossais considéré comme un pionnier de la médecine militaire.
L’antiseptique sert donc à réduire la propagation des bactéries, virus, champignons et spores, voire à les tuer, et ce sur des tissus vivants et dans le cadre d’un usage dit « externe » (ils ne sont pas faits pour agir à l’intérieur du corps humain).
Comme tout désinfectant, l’antiseptique a une action très rapide, ce qui explique que son application soit un des premiers gestes en cas de blessure.

blessures-enfants-antiseptique-comment-cela-fonctionne

Comment utiliser un antiseptique ?

Contrairement à ce qu’on pense communément, l’application de l’antiseptique n’est pas la première action à réaliser sur une plaie. Il faut avant tout la laver à l’eau et au savon, la rincer abondamment et la sécher délicatement. C’est ainsi que l’antiseptique sera le plus efficace.
Bon à savoir : il est fortement déconseillé de mélanger plusieurs antiseptiques sans avis médical ; cela peut provoquer des interactions indésirables allant de l’annulation de l’effet antiseptique à des effets néfastes pour la blessure.

Quel antiseptique choisir ?

L’alcool éthylique : efficace sur les virus et les bactéries, il faut le choisir à 70° plutôt que 90°. Néanmoins, il pique lorsqu’il est appliqué sur une plaie ouverte, dessèche la peau et est inflammable. Il est donc utilisé plus souvent en prévention (dans les solutions de gel hydro alcoolique pour les mains par exemple).
La chlorhexidine : elle est efficace sur virus et bactéries et notamment en cas d’éraflure ou plaie superficielle. Toutefois, il ne faut pas l’utiliser au niveau des oreilles à cause à cause du risque de contact avec le cerveau.
L’eau oxygénée : son efficacité sur les virus et les bactéries est moindre et lente mais elle a un effet coagulant permettant de stopper le saignement. Elle peut être utilisée avant un autre antiseptique.
L’hexamidine : très efficace sur les bactéries, en particulier les staphylocoques.
Les ammoniums quaternaires : efficaces sur les bactéries, ils ne servent à rien contre les spores et les virus.
L’éosine : très peu efficace en tant qu’antiseptique, l’éosine sert essentiellement pour son effet asséchant.
Les dérivés de l’iode : efficaces, ils sont à proscrire en cas de plaie profonde, l’iode pouvant passer dans le sang. Ils présentent un risque de réaction allergique en cas d’allergie à l’iode.
Les dérivés du chlore : efficaces sur bactéries, champignons et virus, ils ont une durée de conservation très limitée une fois ouverts.
Les dérivés du mercure : ils présentent un risque de réaction allergique et leur efficacité est limitée.

Recevez nos derniers articles Santé/Sport!

Merci d'avoir souscrit à notre Newsletter.

Share This