blessures crossfit

Selon plusieurs études, la pratique du CrossFit ne serait pas associée à une fréquence élevée de blessures. Toutefois, celles-ci peuvent être à l’origine de l’apparition ou de l’aggravation de douleurs au niveau de la région lombaire, appelées lombalgies.


La répétition des mouvements d’haltérophilie, une charge parfois trop élevée, une technique insuffisante, et une fatigue attribuable au faible temps de récupération sont les facteurs favorisant principalement en cause dans les blessures du CrossFit.

Les principaux mouvements responsables sont les : squats, clean & jerk, snatch et deadlift. La pratique de certains mouvements gymniques, tels que les burpees ou toes to bar, notamment s’ils sont associés à des mouvements d’haltérophilie, peuvent aussi générer des blessures.

Il est donc important de prévenir avant de devoir guérir.

 

 

Choisir la bonne structure de CrossFit, le bon coaching

 

Tout d’abord, il est indispensable de pratiquer le CrossFit au sein d’une structure adaptée et de disposer d’un coaching de qualité. L’apprentissage d’une technique de qualité est un prérequis nécessaire et obligatoire pour une pratique saine de la discipline. Seul un entraîneur expérimenté pourra repérer vos points faibles et vous aider à limiter l’apparition de douleurs.

[À lire : « Les précautions à prendre avant de se mettre au CrossFit. »]

 

 

Connaître ses limites

 

Vouloir griller les étapes c’est souvent se mettre en danger de façon inconsidérée. Il peut parfois être plus intéressant de porter des charges plus légères en réalisant plus de répétitions que de vouloir porter des charges trop lourdes. Connaître ses limites permet de les repousser de façon raisonnée selon le principe de progressivité.

 

 

Répartir les charges

 

Travailler de façon équilibrée les différents muscles du bassin et de la ceinture lombo-abdominale permet d’éviter un déséquilibre au niveau de ces différents muscles. Ce déséquilibre pouvant être à l’origine d’un excès de pressions au niveau de la colonne vertébrale et donc de l’apparition de douleurs. Les exercices de type gainage sont très intéressants afin d’assurer une bonne stabilité lombaire lors de la pratique de mouvements à charge lourde.

 

 

Surveiller les signes de fatigue et l’apparition de la douleur

 

Enfin, il faut être vigilant quant à l’apparition de la sensation de fatigue, car il devient alors de plus en plus difficile de maîtriser ses mouvements. Il peut parfois être nécessaire d’augmenter les temps de repos entre deux exercices, voire même entre deux séances, afin de prévenir l’apparition du surentraînement.

Le port de ceinture lombaire peut être exceptionnellement utile lorsque vous sentez que la charge ou la fatigue risquent de détériorer votre technique d’exécution d’un mouvement.

[À lire : « 5 conseils aux sportifs pour soulager leurs douleurs de dos »]

En cas d’apparition de telles douleurs, et surtout si elles sont très intenses ou accompagnées d’une sensation douloureuse irradiant dans une jambe, d’une perte de force ou de sensibilité dans les membres inférieurs voire même d’une perte de contrôle de la vessie, il est conseillé de stopper toute activité physique et de consulter rapidement un médecin.

Si les douleurs sont tolérables et non accompagnées des signes suscités, un repos sportif de quelques jours ou simplement l’éviction des mouvements à risque permet généralement de guérir assez rapidement. Cela peut néanmoins être l’occasion de se replonger dans les causes d’apparition des douleurs et de faire en sorte de prévenir leur récidive.

 

 

EnregistrerEnregistrer

0 Comments

N'hésitez pas à laisser un commentaire