Les ondes de choc sont-elles indiquées chez le sportif  ?  Pour quelles pathologies  ?  Quels sont leurs effets sur le corps : Dr Sport vous dit tout sur les ondes de choc.

Les ondes de choc comme traitement

Les ondes de choc constituent un traitement utilisé chez un médecin du sport ou un kinésithérapeute éventuellement dans le cas d’une tendinopathie (= tendinite).
Il existe deux types d’ondes de choc : les ondes de choc focales et les ondes de choc radiales. Ces dernières sont les plus utilisées en traitement, notamment chez le sportif.
Les ondes de choc focales ont un effet à plus de 10 cm sous la peau et sont donc utilisées sous anesthésie générale. Les ondes de choc focales ont été initialement utilisée pour la lithotritie c’est-à-dire pour fragmenter les lithiase ou calculs rénaux voir pour les calculs vésiculaires.

Les ondes de choc qui nous intéressent aujourd’hui sont les ondes de choc radiales.
La première vocation des ondes de choc, la raison qui a conduit à la mise au point de ce procédé, était l’évacuation des cailloux dans les uretères (calculs rénaux).
Elles agissent de manière plus superficielle puisque l’onde se propage à 1 cm sous la peau au maximum. L’appareil utilisé ressemble à un pistolet, c’est une machine à air comprimé. L’air soufflé va créer une onde sur le bout du pistolet qui sera bien positionnée au niveau de la douleur. Ainsi, les impulsions répétées permettront de stimuler la zone lésée.

Est-ce douloureux ?

Ce traitement n’est pas très agréable la première fois, il est largement supportable. Le pistolet peut être réglé en pression et en fréquence, en fonction du seuil de tolérance du patient. La séance dure entre 8 à 10 minutes. Sans interruption, il peut y avoir jusqu’à 3 000 impulsions en une séance. La douleur peut être modulée en diminuant la pression de l’opérateur qui peut appliquer le bout du pistolet plus ou moins fort sur la peau.

À quel rythme sont pratiquées les ondes de choc ?

Pour ne pas aggraver la blessure, la fréquence de traitement conseillée est d’une séance par semaine avec une pause de plusieurs jours entre chaque séance.
Le nombre total de séances prescrites dépendra de la tendinite mais en général, c’est 5 ou 6. Pas davantage…

Comment les ondes se propagent-elles ?

C’est une réaction chimique, comme un effet domino. Au moment de frapper la peau, les ondes agissent comme des ricochets dans l’eau, mais sous la peau, jusqu’à 1 centimètre de profondeur.

ondes-de-choc-traitement-des-tendinites

Les ondes de choc, est-ce que cela fonctionne ?

Oui mais pas dans 100% des cas ! On peut évaluer à 70% les bons et très bons résultats lorsque le diagnostic est bien posé. Il n’est pas indispensable d’arrêter le sport pendant la durée du traitement.
Le bénéfice maximum est obtenu 1 mois après la dernière séance. Il faut généralement 6 séances chaque séance étant réalisée à une semaine d’intervalle.

Que se passe-t-il ?

Lorsqu’une tendinite survient, le tendon est enflammé, donc hypervascularisé. C’est la phase chaude. Après cette phase, la cicatrisation commence. C’est la phase froide de guérison. Mais si le tendon est encore fragilisé, il faut le stimuler à nouveau (avec les ondes de choc) pour qu’il soit à nouveau dans une phase chaude afin de le revasculariser de façon importante. On le détruit un peu pour mieux le reconstruire car, une fois renflammé, le tendon va activer une néovascularisation, c’est-à-dire créer de nouveaux vaisseaux qui vont apporter plus de sang donc plus d’oxygène au tendon et permettre la cicatrisation. Les ondes de choc ont une action :

  • Défibrosante des tissus : les ondes vont s’apparenter à un massage très profond, créant des microlésions qui vont induire un processus de cicatrisation.
  • Vasculaire : les impulsions entraînent une hypervascularisation et une revascularisation qui permettent d’améliorer le métabolisme local, l’apport d’oxygène et d’augmenter les facteurs de croissance et de favoriser une meilleure cicatrisation.
  • Décalcifiante : en détruisant les calcifications (dépôts de sels de calcium dans les tissus organiques).
  • Analgésique : les chocs répétés provoquent la libération de substances antalgiques (endorphines) au niveau local, ce qui permet une réduction rapide de la douleur lors de la séance. Ceci entraîne également un écrasement des petits nerfs par les chocs répétés du bout du pistolet et diminue la transmission de la douleur.

Des effets secondaires ?

L’effet rebond existe. On a surtout mal le lendemain d’une séance. Pour un tendon d’Achille, par exemple, il est possible d’avoir le tendon qui gonfle, que vous ayez du mal à poser le pied : c’est normal et, surtout, ça va passer ! Il peut également apparaître des hématomes au point de percussion.

Des contre-indications pour la pratique des ondes de choc ?

La technique est contre indiquée en cas de plaies, de grossesse ou de pacemaker.

Pour toutes questions sur les ondes de choc, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire !

Sportivement,

L’Équipe DrSport

Recevez nos derniers articles Santé/Sport!

Merci d'avoir souscrit à notre Newsletter.

Share This