Du 10 au 23 avril 2018 se tient le Championnat d’Europe d’Échecs Femmes. L’occasion de revenir sur ce jeu que certains considèrent comme un sport tandis que d’autres estiment qu’il n’a pas les qualités pour accéder à ce titre. Et pourtant, aucun doute là-dessus : les échecs sont bien un sport.

1 . Un sport reconnu comme tel par les instances internationales

Si l’on peut dire sans trop se tromper que les échecs sont un sport, c’est pour une raison simple : ils sont reconnus comme tel. En effet, depuis 1999, le Comité Olympique International (CIO) reconnaît les échecs comme un sport dans la catégorie « mind games » (« jeux d’esprit »).
Cette même reconnaissance, la France l’a donnée aux échecs le 19 janvier 2000 lorsque le ministère des Sports, alors tenu par Marie-George Buffet, déclare les échecs sport à part entière.

Une partie d’échecs peut durer plusieurs heures

Les échecs, un sport un peu particulier ?

Si les échecs peuvent ne pas paraître un sport aux yeux de tous, c’est que l’effort physique n’est pas au rendez-vous comme il le serait pour un match de football ou de tennis. D’ailleurs, aucun certificat médical n’est requis pour pratiquer les échecs, que l’on soit amateur ou professionnel.
Mais les joueurs d’échecs mettront sur la balance leurs entraînements intensifs, la pression ou encore les parties de plusieurs heures. Sans compter la gymnastique intellectuelle dont ils doivent faire preuve pour prévoir les coups de son adversaire.
Et puis, à l’heure de la robotique, qui dit qu’un jour les footballeurs ne seront pas battus par des robots comme Garry Kasparov le fut par l’ordinateur Deep Blue d’IBM en 1997 ?

 

Le plus Dr Sport

La Fédération française des échecs (FFE) compte 55 976 licenciés. Selon la Fide (Fédération internationale des échecs), il y aurait toutefois entre 200 et 300 millions joueurs à travers le monde.

Recevez nos derniers articles Santé/Sport!

Merci d'avoir souscrit à notre Newsletter.

Share This