La pratique sportive peut entraîner un certain nombre de lésions des nerfs périphériques. Comment les détecter ?


Ces lésions nerveuses se manifestent soit par :

  • des phénomènes de fourmillements (également appelés paresthésies)
  • soit par un manque de force sur le territoire du nerf concerné.

Après avis du médecin traitant, du médecin du sport, du rhumatologue, du rééducateur ou du neurologue, un électromyogramme peut être proposé.

L’électromyogramme, douloureux mais efficace

Le principe de l’électromyogramme est de stimuler le nerf périphérique à l’aide de stimulations électriques. Elles peuvent parfois être ressenties comme désagréables voire douloureuses. Ce test permet alors de préciser une éventuelle compression, section ou bloc sur le trajet du nerf.

Une autre partie de l’examen consiste à vérifier le fonctionnement musculaire en introduisant une aiguille extrêmement fine dans différents muscles. Ceci permet de vérifier l’intégrité ou l’existence de lésions sur le territoire nerveux ou sur le muscle. Cela permet également d’explorer d’éventuelles maladies musculaires de type myosite ou myopathie.

Le but de cet examen est de vérifier l’absence d’atteinte des nerfs périphériques ou une éventuelle lésion sur le trajet du nerf.

Les différentes lésions des nerfs chez le sportif

Différents nerfs périphériques peuvent être lésés chez le sportif.

► Sur les membres supérieurs, le nerf suprascapulaire peut être atteint lors de mouvements répétés de lancer, de tir ou de smash et ces lésions peuvent se rencontrer plus volontiers dans la pratique du volley-ball et du hand-ball. Son atteinte peut se manifester par une fonte des muscles sus et sous-épineux situés à la face postérieure de l’omoplate.

On peut également rencontrer des lésions compressives sur le nerf cubital au coude ou au poignet ainsi que sur le nerf médian le plus souvent au canal carpien (région antérieure du poignet). Des compressions du nerf cubital ou du nerf médian sont possibles à la paume de la main lors de l’appui prolongé sur le cintre d’un guidon (pratique cycliste intensive).

Suite à des traumatismes avec fracture, des lésions de différents troncs nerveux peuvent être observées. La plus fréquente étant la lésion du nerf radial après une fracture de l’humérus.

► Aux membres inférieurs, le nerf sciatique peut-être comprimé lors de son passage sous le muscle pyramidal entraînant des douleurs fessières irradiant dans la cuisse avec un caractère positionnel très marqué.

Des atteintes plus périphériques peuvent être constatées avec notamment souffrance du nerf et ce, de la tête du péroné à la partie externe et supérieure de la jambe ou souffrance du nerf sciatique poplité interne dans le creux poplité (à l’arrière du genou).

Plus rarement, peuvent être constatées des atteintes des nerfs sensitifs au niveau du pied par exemple par atteinte compressive conséquence d’un chaussage mal adapté.

L’electromyogramme, un examen clé pour diagnostiquer les pathologies nerveuses

La pratique sportive peut entraîner des lésions nerveuses microtraumatiques qui restent relativement rares au quotidien. Ces lésions peuvent toutefois faire l’objet d’explorations électro myographiques afin de préciser leur gravité et les traitements à mettre en œuvre. Dans certains cas votre médecin peut être amené à vous conseiller une surveillance, d’éviter certaines postures particulières, ou une prise en charge chirurgicale.

L’électromyogramme est un examen clef dans le diagnostic de ces pathologies nerveuses du sportif ainsi que dans les pathologies musculaires et permet de proposer une prise en charge adaptée à chaque situation. Cet examen est remboursé par les organismes sociaux.

Si vous avez un doute, vérifiez vos symptômes grâce à l’application mobile Dr Sport !

 

Dr Thierry Vivard, membre du Comité Scientifique Dr Sport

Recevez nos derniers articles Santé/Sport!

Merci d'avoir souscrit à notre Newsletter.

Share This