Tout sportif devrait boire avant, pendant et après l’effort. N’attendez pas d’avoir soif pour vous hydrater. Dr Sport vous explique pourquoi.


 

Boire avant, pendant et après l’épreuve : si vous respectez cette règle, vous serez davantage performant. En effet, il a été démontré scientifiquement qu’une déshydratation (perte d’eau) d’environ 2 % s’accompagnait d’une baisse de 20 % des performances sportives. Lorsque la perte d’eau s’élève à 4 %, la baisse de performance peut varier entre 40 et 60 %, en fonction de la température environnante.

Sédentaires ou actifs, il est important de boire au minimum 1,5 litre d’eau par jour afin d’optimiser le bon fonctionnement cellulaire, à tous les niveaux. Les sportifs aguerris augmenteront cette consommation. Boire souvent, d’accord mais alors, quelle eau consommer ?

L’eau du robinet : plutôt filtrée

Votre eau a un fort goût de javel ? C’est qu’elle est fortement chlorée pour détruire les bactéries. Elle reste potable mais pas n’est pas forcément agréable au goût. Selon les régions, cette eau du robinet peut contenir des pesticides et des nitrates. À moins que vous n’ayez, chez vous, un système de filtration pour enlever le chlore et le calcaire ? C’est la solution de loin la plus rationnelle et la plus économique pour boire bien et propre sans se ruiner en achetant de l’eau minérale en bouteille… 100 fois plus chère que l’eau courante.

 

L’eau minérale naturelle : riche en magnésium

D’origine souterraine, elle est naturellement riche en minéraux et oligo-éléments. Elle est plutôt conseillée pendant l’effort. Si possible, choisissez une marque comportant une forte quantité de magnésium, lequel joue un rôle important lors des transmissions musculaires. Au quotidien, privilégiez une eau très faiblement minéralisée (lire sur l’étiquette : résidu à sec inférieur à 50 mg/l) ou faiblement minéralisée (résidu à sec compris entre 50 et 500). On choisira aussi, dans ce cadre, une eau dotée d’un pH légèrement acide (inférieur à 7) qui respecte celui de vos intestins. En revanche, cette eau a mauvaise réputation car elle surcharge les reins et empêche le drainage émonctoire. À consommer avec modération, donc.

 

L’eau de source : vivement recommandée

Comme l’eau minérale, l’eau de source est puisée en sous-terrain. Elle peut avoir des vertus thérapeutiques. A contrario des eaux minérales, elle facilite le travail des reins, entraînant un bon nettoyage de l’organisme. Elle renforce ainsi la capacité de défense naturelle de l’organisme, face aux agressions extérieures de toutes natures. Vivement recommandée, donc !

 

L’eau gazeuse : après l’effort

Les eaux gazeuses sont riches en sodium (sel) ; elles sont donc fortement recommandées après l’effort pour réduire la fatigue musculaire et accélérer la récupération. De surcroît, le bicarbonate permet de stopper l’acidité qui a été produite par les muscles, durant l’épreuve.

 

En résumé, le cocktail gagnant

De l’eau filtrée avant l’effort, de l’eau minérale riche en magnésium pendant la compétition, de l’eau gazeuse au moment de la récupération et de l’eau de source à tout moment : le cocktail gagnant pour une hydratation optimale !

Recevez nos derniers articles Santé/Sport!

Merci d'avoir souscrit à notre Newsletter.

Share This