Pubalgie du sportif de loisirs

Pubalgie du sportif de loisirs
Cette blessure n'est pas inquiétante. Vous pouvez suivre nos conseils ci-dessous.

Qu’est-ce qu’une pubalgie?

La pubalgie désigne une douleur du bas ventre au niveau de la symphyse pubienne et des muscles ou tendons avoisinants, qui survient plus souvent chez le footballeur, mais également chez tous les sportifs soumis à un entraînement intensif quotidien (tennis, danse, gymnastique…), avec des gestes techniques particuliers (fermeture de l’angle jambe/tronc lors du tir au football, tacle, écart latéral, contre-pied).
La fréquence, estimée entre 5 et 18 % dans la population sportive, peut être bien supérieure dans certains sports.
La symphyse pubienne, située au-dessus des organes génitaux et à l’avant de la vessie, correspond à l’articulation antérieure joignant les deux os iliaques (coxaux) à l’avant du bassin.
Chaque os iliaque est constitué de trois os soudés entre eux:

  • L’ilium (partie supérieure).
  • L’ischion (partie inférieure et en arrière).
  • Le pubis (partie inférieure et en avant).

Ils sont reliés entre eux à l’arrière par le sacrum et à l’avant par la symphyse pubienne.
Avec le sacrum, ils forment la ceinture pelvienne constituant le squelette du bassin.
La symphyse pubienne est une articulation peu mobile constituée:

  • D’un ligament interpubien fibrocartilagineux au centre de la symphyse pubienne.
  • De ligaments supérieur et inférieur recouvrant la symphyse pubienne et l’os pubis.
    Sa position et sa structure lui confèrent un rôle d’amortisseur en s’adaptant aux différentes contraintes de traction, de compression et de cisaillement que peut subir le bassin.

Il existe deux types de douleurs:

  • La pubalgie des adducteurs: insertions sur le pubis des muscles de la partie interne de cuisse.
  • La pubalgie pariéto-abdominale: faiblesse de la paroi avec un déficit du mur postérieur. La véritable pubalgie étant à la fois une combinaison d’un problème inguinal, d’une maladie des adducteurs et d’une ostéoarthropathie pubienne (inflammation à la jonction des deux os iliaques à l’avant au niveau du pubis), elle est donc difficile à diagnostiquer et à traiter correctement.

Comment apparaît une pubalgie?

Le bassin est une région anatomique complexe dans laquelle interagissent différents éléments (articulations, os, tendons, muscles, nerfs…).
La pubalgie se développe lors d’un surmenage sportif entraînant des microtraumatismes répétés ou des contraintes trop importantes au niveau des abdominaux, des adducteurs et du psoas.
Elle peut être due à trois mécanismes:

  • Une atteinte de la symphyse pubienne ou ostéoarthropathie pubienne.
  • Une faiblesse musculaire, deux muscles pouvant être en cause dans la pubalgie: les muscles abdominaux (la faiblesse relative des transverses peut être à l’origine d’une pubalgie) et les muscles adducteurs (particulièrement sollicités dans certains sports, ils peuvent induire une pubalgie).
  • Une pathologie pariétale abdominale (défaillance de la paroi abdominale non homogène) certaines zones plus fragiles sont susceptibles de s’ouvrir et de permettre l’extériorisation du contenu abdominal (hernie).

Le football, le hockey, le tennis, et tous les sports comportant des changements rapides d’orientation et/ou des appuis forcés sur un seul pied (saut, steeple, haies, etc.) favorisent l’apparition d’une pubalgie.

Quels sont les symptômes?

La douleur:

  • Est localisée vers le pubis et/ou dans l’aine et peut éventuellement irradier à la face interne des cuisse, dans les organes génitaux et la paroi abdominale.
  • Existe sans forcément qu’il y ait de hernie inguinale associée.
  • Apparaît progressivement, avec au début une simple gêne.
  • Est provoquée par des exercices physiques forcés (démarrage rapide, changement de direction, abduction forcée lors d’un tacle ou une frappe de balle).
  • Cède à l’arrêt du ou des mouvements puis devient quasi permanente (et n’est plus améliorée par l’arrêt de l’effort physique).
  • Peut être accentuée par la toux, provoquée par les efforts de soulèvement ou par des mouvements brusques de flexion du tronc.
  • Évolue le plus souvent, sans traitement, vers l’aggravation et l’arrêt sportif, voire l’abandon d’autres activités de la vie quotidienne et provoque une impotence fonctionnelle totale, tant pour la pratique sportive que dans beaucoup de mouvements de la vie professionnelle et vie personnelle.

Encore plus de contenus Santé/Sport

Que pensez-vous de notre service ?

Nous souhaitons constamment améliorer notre service et pour cela nous avons besoin de vous !
Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et d'améliorer l'expérience de nos utilisateurs.