Périostite tibiale

Périostite tibiale
Cette blessure n'est pas inquiétante. Vous pouvez suivre nos conseils ci-dessous.

Qu’est-ce qu’une périostite tibiale ?

La périostite tibiale est un syndrome inflammatoire et douloureux du périoste (membrane riche en nerfs et vaisseaux entourant l’os du tibia) qui s’étend le long du bord interne du tibia, le plus souvent au niveau du tiers inférieur.

Comment apparaît une périostite tibiale ?

Elle apparaît souvent en début de saison. Le déclencheur principal étant une pratique sportive intense ou chaotique, la périostite est considérée comme une “une pathologie de surcharge”.
Les périostites se produisent rarement chez les sportifs qui pratiquent leur activité de façon progressive et raisonnée mais plutôt chez ceux qui ont modifié de façon significative les conditions de leurs entraînements : changement d’entraîneur, intensification brutale des séances ou excès de travail sur une surface dure, changement de chaussures, etc.
Elle résulterait de micro traumatismes générés d’une part par la propagation d’ondes de chocs dans le squelette et d’autre part par une traction excessive des muscles qui constituent la partie interne du mollet, particulièrement le tibial postérieur et le soléaire. .

Suite à ces micro traumatismes répétés :

  • Des micro fractures du périoste se créent avec rupture de micro vaisseaux qui entraîne un phénomène de nécrose.
  • Une réaction inflammatoire de nettoyage des foyers nécrotiques apparaît.
  • Les cellules conjonctives interviennent et réparent le tissu lésé pendant 5 à 6 semaines, période pendant laquelle l’arrêt du sport est indispensable pour éviter toute récidive.

Quels sont les symptômes ?

Généralement, la douleur est vive lors de la descente d’escaliers ou la marche rapide, apparaît à froid après l’effort, par exemple le lendemain au lever, siège à la partie interne de la jambe et est majorée par la pression du tibia.
Le sportif fait généralement lui-même le diagnostic en désignant la zone douloureuse sur le bord interne du tibia, dans son tiers moyen ou inférieur.
D’apparition progressive et insidieuse, la douleur :

  • S’étend sur une dizaine de cm en respectant toujours la malléole interne.
  • Apparaît à l’effort et persiste pendant quelques jours.
  • Est exacerbée au moindre contact.
  • Croît progressivement jusqu’à devenir permanente.
  • Est rarement nocturne.
  • Est dans 50% des cas bilatérale.
  • Seule la palpation de la région concernée est douloureuse, la palpation des muscles de la loge antérieure de la jambe est indolore.

Encore plus de contenus Santé/Sport

Que pensez-vous de notre service ?

Nous souhaitons constamment améliorer notre service et pour cela nous avons besoin de vous !
Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et d'améliorer l'expérience de nos utilisateurs.